Patrick Porqueddu : 20 ans à la tête de l’école Kim Taekwondo.

C’est en 1995, que Maître Bundeli confie à Patrick Porqueddu la direction de l’école Kim Taekwondo de Lausanne. 20 ans et quatre nouveaux Dojangs plus tard l’école a son identité et son atmosphère bien à elle. Retour sur ces 20 dernières années avec Patrick Porqueddu, Président de l’école.

Bonjour Patrick! L'année 2015 a été une année importante pour l'école puisque cela fait 20 ans que tu la diriges. Revenons quelques années en arrière afin de mieux comprendre ce qui fait que l'Ecole est telle que nous la connaissons aujourd'hui. pour commencer, qu’est ce qui fait que tu as décidé de commencer le Taekwondo ?

J’étais à l’école avec un garçon adopté, coréen d’origine qui, alors que nous avions 14 ans s’est intéressé à son pays natal. Il a découvert comme ça le Taekwondo et m’a proposé de le suivre dans un cours donné à l’époque par un étudiant coréen de passage à Lausanne.

Ca m’a tout de suite beaucoup plu, mais j’étais déjà engagé dans un club de foot et un club de rugby. J’ai donc laissé cela de côté pendant un certain temps.

Ce n’est que trois ans plus tard que je suis retourné dans un cours de Taekwondo, le 13 septembre 1989, j’avais alors 17 ans.

Dans ces premières années quels aspects du Taekwondo te plaisaient tout particulièrement ?

Le côté martial, la discipline, le dépassement de soi, l’esthétique des mouvements sont des éléments qui m’avaient tout de suite plu dès mon premier contact avec le Taekwondo, mais ce qui m’a le plus marqué, c’est l’accueil que j’ai reçu. Je dirais donc que se sont les gens qui m’ont fait aimer le Taekwondo plus que le Taekwondo lui-même.

Un souvenir particulier lié à cette époque ?

Je me souviens que nous nous entraînions tous très fort. Nous n’avions pas besoin que l’on nous encourage, il était évident pour nous que nous devions toujours être au maximum de nos possibilités et de notre engagement…

Qui était maître Kim, comment était-il ?

C’était quelqu’un de très charismatique avec une très forte présence. Il remplissait le Dojang d’énergie à lui tout seul, c’était très impressionnant, mais surtout c’était quelqu’un de très humble et d’intègre. J’ai été très marqué par sa personnalité, c’est une rencontre qui changé le cours de ma vie.

Comment se sont passés la transition et tes débuts à la tête de l’Ecole ?

Maître Kim, sur son lit d’hôpital a eu une pensée pour ses élèves lausannois et il a fait promettre à Monsieur Bundeli de ne pas nous laisser tomber… Ce dernier est donc venu à Lausanne, de temps en temps, pendant une année. Le reste du temps c’est Mme Barbara Scheurer, Présidente de notre Ecole de 1983 à 2000 environ, qui assurait la continuité. Après une année, d’un commun accord, Mme Scheurer et M. Bundeli ont décidé de me confier les clés de l’Ecole, et du jour au lendemain ils ne sont plus venus. Barbara est restée Présidente et m’a soutenu encore pendant quelques années.

Pourquoi as-tu développé l’école dans la région de Morges-Gland ?

J’ai reçu dans mon éducation de Taekondoïn, le message qui dit que tout pratiquant de Taekwondo doit participer à sa promotion et à son développement. C’est ce que j’ai fait…

Et aujourd’hui quels aspects du Taekwondo t’attirent le plus ?

Tout comme à mes débuts, ce que j’aime le plus dans ma pratique du Taekwondo, ce sont les personnes avec qui je le pratique.

Comment vois-tu le futur de l’Ecole ?

Je vois un futur dans lequel je ne serais plus omniprésent, mais où nous aurons mis en place une structure qui reposera sur plusieurs personnes, lui assurant ainsi une solidité propice à son développement et à une longue vie.